LES MESSAGES DE LA FIBROMYALGIE

La Fibromyalgie  est un désordre musculo- squelettique, qui a beaucoup de conséquences sur votre état de santé moral et physique.

La bonne nouvelle, c’est que lorsque la maladie sort, c’est pour vous dire : « A présent, tu as développé toutes les capacités et les qualités pour t’alléger de comportements qui te desservent ! «  Il est bien entendu, que ce n’est pas seulement cela qui a développé cette maladie !   C’est un ensemble d’éléments, mais selon , mes études et mon expérience personnelle avec la ma-a-dit , c’est toujours en lien  avec des manières de penser, de faire, de ressentir, de voir, d'entendre, de sentir, ou de goûter au sens propre ou figuré vos expériences de vie.

En métaphysique et en bio-décodage corporel, voici les messages de cette mal-a-dit :

A la base, il y a eu un déséquilibre du système nerveux à la suite d’un choc émotif, ou un accident, ou un sommeil profond perturbé chronique. L’estime de soi est très basse (c’est comme si vous ignoriez votre valeur d’être humain). Vous avez également un sentiment d’impuissance face aux changements à faire dans votre vie règne. Vous avez développé un perfectionnisme  à l’excès ! Vous avez développé une exigence de vous-même au-delà de vos limites du moment…Ce qui vous emmène à vivre un sentiment d’anxiété chronique. Moralement, vous souffrez de culpabilité en lien avec un événement vécu plus jeune. Cette culpabilité est un signe qu’il est important pour vous, de réparer ce qui a besoin de l’être, et souvent c’est simplement le fait que votre culpabilité est erronée, comme injuste pour vous-même…Il est temps pour vous de comprendre que vous avez une place importante que personne d’autres que vous peut occuper ! Et donc vous n’êtes pas de trop ! Il est temps pour d’apprendre à vous affirmer, à communiquer de manière assertive (en win-win). Il est temps pour vous d’apprendre à vous aimer pour de vrai et vous pouvez trouver les actes concrets qui montrent que vous vous aimez pour de vrai et donc avez acquis une valeur certaine.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

J’ai compris qu’en toutes circonstances,

J’étais à la bonne place et au bon moment,

Et alors, j’ai pu me relaxer,

Et j’ai su que cela s’appelle Estime de soi !

« Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer de
tout ce qui ne m’était pas salutaire :
personnes
, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait ça de
l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle amour-propre. »
 

« Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle
n’étaient rien d’autre qu’un signal
lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle authenticité »

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment…
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… le Respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Amour propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les méga-projets du futur.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime quand cela me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de chercher à avoir toujours raison, et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert … l’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois.
Et cela s’appelle… la Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir. Mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient une alliée très précieuse !
Tout ceci, c’est… le Savoir vivre.

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter.
Du chaos naissent les étoiles.
Charlie Chaplin.

 

Je reprends les messages de la fibromyalgie : Cela veut dire que vous aurez compris que vous êtes à la hauteur de ce que vous vivez ! Apprendre que même si vous avez l’impression que votre entourage vous en demande beaucoup, en réalité c’est vous qui vous mettez le plus de pression ! Car, on peut toujours apprendre à dire non ! Même si cela peut-être pas si facile…Emotionnellement, vous vivez de la colère et souvent dans le déni ! Et de par vos définitions de : comment on montre l’amour, totalement différentes de ceux de votre entourage, vous avez conclu que votre entourage ne vous donne pas d’amour ! Du coup, il est important de réaliser et de demander à votre entourage, comment ils vous donnent de l’amour, et vos besoins réels. Bien sur en vous disant qu’ils ont le libre arbitrage d’accéder à vos besoins ou pas ! Et sans faire le lien, que c’est parce que vous ne valez rien ou pas grand chose ! En réalité, par effet  de miroir, votre entourage a également une estime basse ! Mais comportementalement, agis de manière différente de vous, voir même opposé à vos propres comportements ! Donc,   Non, s’il y a refus, ce n’est pas forcément un  manque d’amour, mais plutôt  par  diverses croyances erronées ou définitions si différentes des vôtres. Il est temps pour vous d’aller de l’avant au lieu de refuser  inconsciemment d’avancer ! Chaque fois que vous vous coupez de vos émotions, vous êtes dans le déni, et vous renforcez vos douleurs et la fibromyalgie ! Donc, apprendre à comprendre les émotions et les sentiments ( des  sortes de panneaux indicateurs, pour vous faire changer de chemin (et surtout au niveau de vos pensées, et le sens que vous donnez à votre vie) !

Apprendre à vous donner de la douceur, et à en mettre dans votre vie, sans en attendre de votre entourage.  Lorsque vous y parviendrez, vous pourrez constater que bizarrement autour de vous cela bouge sérieusement ! Evitez les gestes et les actes répétitifs et monotones, car ils augmentent vos douleurs…Apprendre où se trouvent vos responsabilités dans une relation.  Revoir certains principes de vie, qui finalement ne sont pas en liens avec vos besoins profonds. Et du coup, apprendre à ne plus vous forcer à faire…est l’un de vos défis pour voir la maladie reculer ! Ne me croyez pas, vivez-le et observez vous-mêmes de vos résultats santé ! Votre enfant intérieur a grandi trop vite et a besoin de vivre, et non pas d’être «  une super femme » ou un super homme (puisqu’il y a en a qui développe cette maladie aussi, même s’ils sont peu nombreux!)

Il est important pour vous d’intégrer que vous avez le droit comme tout être humain, d’être heureux et de vivre dans la joie.  A vous de vous en donner les moyens avec  un spécialiste, un coach certifié…Et parfois cela passe par du développement personnel en lien avec les 4 voies dont nous parle  MALFAIT Patricia de WELLNESS CONSEIL et que je vous offre ci-dessous :

Nous pouvons aborder les grands programmes qui sous-tendent notre individualité sous la forme des voies. Tout le monde peut comprendre cette notion de voie même si elle ne vous est pas familière en prenant un exemple : « la voie du père », qui n’a pas entendu cette phrase : il ou elle suit la voie du père, ou de la mère… 

Lorsque dans vos méta programmes vous avez la voie du père, on envisage la plupart du temps 2 possibilités, l’une consiste à suivre cette voie et vous rentrez alors plus ou moins totalement dans un moule défini à l’avance qui va vous faire suivre les traces de votre père.

La seconde possibilité est de partir sur une voie opposée : rebelle à cette voie, vous faites exactement le contraire pour ne surtout pas ressembler à votre père.

Dans ces deux cas vous n’être pas libres, vous êtes toujours en réaction à cette voie du père, c’est une forme de balancier qui vous enferme avec la possibilité un jour ou l’autre de basculer de l’autre côté mais en étant toujours coincé dans ses filets.

La troisième voie est la voie de guérison donc ici la guérison de la voie du père : cette voie n’est pas pour tout le monde, elle est surtout empruntée par les « guérisseurs de famille ». Sur le balancier, cette voie est celle de l’équilibre, elle permet de rectifier les excès et les manques qui se sont produits dans la voie du père.

Toutefois et même si la voie de la guérison permet de rééquilibrer les programmes hérités et de guérir l’arbre généalogique touché par cette voie, de fait vous vous définissez encore par rapport à la voie du père donc vous n’êtes pas encore arrivé au bout.

Il existe donc une quatrième voie : la vôtre. Celle-ci n’est pas liée à un schéma hérité, elle se définit hors de tout contrat et de toute loyauté car elle est liée à votre singularité originale et non pas à votre hérédité. Plus vous vous rapprochez de votre voie et plus vous êtes centré, plus votre vie as de sens, plus vous avez d’énergie…