UN CHEMIN GAGNANT FACE AUX BLESSURES ÉMOTIONNELLES

alt

Je vous invite à prendre soin de vos blessures de l’âme (tout ce qui a été vécu comme de l’abandon, du rejet, de l’humiliation, de l’injustice, de la trahison), car même si elles semblent appartenir au passé, vous  avez certainement constaté qu’elles ressurgissent dans votre présent, sous une forme ou une autre.

Que diriez-vous, si au-delà des apparences, vous les vivez et revivez à diverses sauces pour vous donner l’opportunité de les soigner. Mais pas seulement ! Pour vous donner aussi le choix, d’apprendre, de vous libérer de vos chaines intérieures, du jeu de votre personnalité du moment ? Personnellement je l’ai vécu, donc, sans vous demander de me croire, mais plutôt si cela vous séduit de le vivre, toutes blessures est transformables en un tremplin, pour augmenter votre liberté, votre joie de vivre, votre santé. Pour libérer votre être et faire évoluer votre âme individuellement, mais en toute complémentarité de votre entourage. 

Réalisez-vous que ces blessures émotionnelles font partie des causes et origines, à traiter pour rester en santé, ou pour optimiser vos résultats santé ?

Je compare ces blessures émotionnelles aux voyants lumineux de votre voiture, et donc après c’est à vous de choisir de manière active, ce que vous faites de ces alarmes…Et comme l’écrivait le poète Rumi : « La blessure est le lieu par où la lumière pénètre en vous. »

 

 

 

 

Pourtant,  encore trop souvent, pour beaucoup  d’êtres humains, elles restent dans le déni !

C’est comme si ce n’était pas normal de s’en occuper,pour toutes sortes de raisons, vous ne leur donnait ni attention, ni  traitement ! Or, c’est là,  une erreur qui fait votre quotidien par la loi de cause à effet, ou encore celle d’attraction.

C’est pourtant de ces blessures que vous pouvez changer de manière active: les maux, les maladies, les accidents, vos rencontres, vos difficultés, vos problèmes, vos défis de votre quotidien.

Ignorez votre douleur, ne pas aller en vous la soigner, équivaut à mes yeux, à fermer les yeux pour ne pas voir ce qui fait mal. Alors qu'il est évident qu'avoir une épine dans son pied est paralysant, n'est-ce pas? Alors ne pas s'occuper de ces blessures équivaut à souffrir, laisser les choses à leur place, et risquer l'infection...Certes ce moment où l'on enlève l'épine est désagréable, parfois même douloureux, mais le jeu n’en vaux-t-il pas la chandelle? Préférez-vous risquer l'infection, l'amputation? Préférez-vous être en réaction, chaque fois que quelqu'un appui sur cette épine? Combien de fois avez-vous besoin que l'on vous appui sur cette épine avant de décider de l'enlever? 

Alors que diriez-vous si agir et apprendre à enlever ces épines de votre pied, pouvait s'apprendre? Que diriez-vous de réaliser que cette souffrance, sous un autre angle,  représente en fait une piste à suivre pour vous libérer ainsi  que votre entourage? 
Que diriez-vous si ce que vous ressentez, ce que vous entendez ou  ce que vous vous dîtes était le début de votre santé, de votre bonheur?  Ou encore, que diriez-vous si l’odeur ou à la saveur amère ou autres, que vous attribuez à ces souffrances,  vous permettez assurément d'aller œuvrer en vous et vous ouvrir enfin des portes libératrices? Et vous permettez de pouvoir vivre votre plein pouvoir pour optimiser votre santé, votre bonheur ?

J’en suis une preuve vivante, mais observez-le dans vos vies, ne me croyez pas !

Avez-vous réalisé que ne pas vous en occupez, c’est comme si vous voyez un enfant arrivé devant vous en sang, et que vous lui tournez le dos ! Et le laisser seul avec sa blessure…

Voici les étapes que je vous propose, seul ou accompagné.

Sachant que ceux prêt à cheminer seuls, sont des personnes qui savent regarder la réalité en face en sachant se dissocier momentanément.  Et adopter une position de non-jugement. Une position neutre, rempli d’amour et de bienveillance. Ce sont des personnes qui ont une capacité à se remettre en question. Une détermination à saisir l’opportunité d’évoluer, de se libérer de vieux schémas mentaux, sociaux, religieux, ou personnels.

Ce sont des personnes qui soit de manières innées, soit après un cheminement savent intégrer de nouvelles données libératrices pour elles-mêmes et pour leur entourage. Ce sont des personnes qui vive dans l’acceptation et une grande humilité face aux blessures émotionnelles. Ce sont des personnes qui ont un sens des responsabilités justes pour elles-mêmes,  et  pour autrui. Elles savent du plus profond d’elles-mêmes que: « derrière tout actes, il y a une bonne intention ! «

Et ce même si cette intention, est unilatérale, car souvent  vécue comme vitale ! Elle part d’une bonne intention pour la personne et non pour faire du mal à autrui ! Comme aveuglée par le jeu de ses manques et des besoins de sa personnalité du moment.  C’est  donc à mes yeux, une sorte d illusion du jeu de la personnalité !  Qui comme vous le savez, est la partie qui évolue constamment au fur et à mesure des connaissances apprises.  Qui est la partie non authentique, puisque non unifiée et dictée non pas par la justesse et le discernement. Cette intention est donc  légitime et positive, même si en apparence est extrêmement vécue par les autres, comme une injustice, une trahison, un rejet, un abandon, une humiliation.

Cette intention a été mise en place jadis, en automatisme par réaction sous un angle, qui ne sert qu’à soi, ou à une  seule cause.  Et dont chacun a le soin et la responsabilité de transformer ou pas !  Souvent d’ailleurs faites car elle n'a pas été décelée, ni entrevue.  Par ignorance de ce fait, ou par manque de connaissance, cette réaction automatisée, dû à la souffrance cachée, ou à des conclusions erronées, car vu sous un seul angle ! Et donc impossible à transformer d'une manière constructive pour tout un chacun, tant que ces étapes ne sont pas effectuées. 

1. Identifier la blessure  et quand a-t-elle commencé ?

Dans votre ici et maintenant, notez tous ce qui vous met en réaction (repli sur vous, cris, souffrances, colère, interpellation, observation etc..)

Chercher en vous quels liens faîtes-vous dans votre tête, ce que vous ressentez dans votre corps. Je vous invite à l’écrire ou l’enregistrer.

Puis, à le lire ou l’écouter, comme vous le feriez pour un ami. J’appelle cela la dissociation. C’est un exercice qui vous permet de cesser de vous identifier à cette blessure, à cette souffrance. C’est comme si cela vous permettez l’observation depuis un lieu en sécurité. Comme si au lieu d’être dans le tourment, dans la tempête, vous êtes à l’abri et cherchiez les solutions évidentes depuis un lieu en sécurité.

Je vous invite à accueillir avec beaucoup d’amour et de bienveillance ce que vous venez de mettre à nu ! Je vous invite à partir du principe que tout contribue à votre libération et à celle de votre entourage. Et à stopper de mettre dans les cases bien ou pas bien ! Car, vous n’êtes assurément plus un petit enfant à éduquer ! Alors essayez de vous comporter non, pas comme un enfant. Mais  comme un être qui sait résonner et qui est responsable, et assume. Un adulte qui sait réparer, transformer, qui sait se servir de

Ses qualités humaines pour transformer en lui, ce qui a été une blessure.

 

2. L’accueillir et remplacer le jugement par l’analyse constructive.

3. Réaliser tous les liens conscients et inconscients.

4. Les accueillir, vous donnez le droit, l’autorisation de vivre cela ainsi !

5. Consulter pour soigner, transformer, ce qui va vous permettre de vivre libre émotionnellement, énergétiquement.

6. Observation des changements dans votre vie.
 

7. Gratitude ou adaptation à ce qui est, en reprenant le même exercice, en partant de ce qui reste dans votre ici et maintenant.

Je vous guide volontiers sur ce chemin, d’ici que vous deveniez autonome donc libre, sachant réparer en vous ce qui est prêt à l’être.

Je vous souhaite de tout mon cœur de vivre ces étapes libératrices. Ou je vous propose de venir me rejoindre sur ce chemin de gagnant... 

Ceci est un moyen parmi tant d’autres à vous approprier pour être libre avec et sans défis, avec et sans problèmes. Exactement comme lorsque vous prenez votre parapluie pour continuer à vivre même sous la pluie. smile