LE SPORT APRÈS 50 ANS

Ceci n’est pas une généralité, car chacun est différent, cependant si cela a été démontré c’est qu’il y a une part à prendre en considération en adaptant à votre condition physique, ce qui est utile pour vous.

Les traditionnels programmes d’exercices comportent de réels dangers pour les débu­tants, ou ceux en état de stress,  en particulier pour ceux qui ont la cinquantaine.

Il existe des conséquences qui se produisent pendant l’exercice sportif – et dont peu de per­sonne  parle.  Or, au cours d’une séance d’entraînement régulière, physiologiquement,  quand une personne s’exerce, les muscles sont en situation de stress, que vous soyez débutant, ou confirmé. Cela crée une chaîne d’événements :

– les fibres des muscles du squelette se décomposent et libèrent une substance appelée myoglobine. - Une fois que cette toxine est diffusée dans la circulation sanguine, elle circulera jusqu’aux reins,  et peuvent les endommager plus ou moins  fortement. Surtout, si vous êtes dans une période de peur inconsciente dans votre quotidien ou de surmenage.

Ce qui est important à réaliser, c’est que selon vos émotions, votre fatigue, vos pensées, vos vibrations,  des exercices peuvent être inadaptés à votre condition du moment, et affecter votre métabolisme.

Et, cet article est pour vous inviter à réfléchir, à vivre dans votre corps, esprit et émotionnel au moment présent avant de pratiquer vos exercices de manière identique ou pas. Ceci, afin de vous positionnez pour vous respecter pleinement en tout temps. Car il n’y a que vous qui savez ce qu’il se passe en vous.

En physiologie sportive, on parle des processus de catabolisme et d’anabolisme.

Le catabolisme est  cette étape où un processus automatisé en vous fait que votre corps décompose les molécules en de plus petites.

Et pendant ce processus, de l’oxydation est produite. Cela crée des petites molécules  qui sont alors stockées à l’intérieur des molécules d’adénosine triphosphate (ATP). Et c’est le carburant  qui alimente le processus anabolique des muscles. Cet ATP sera libéré pendant cette phase de l’anabo­lisme.

L’anabolisme est la seconde étape de la croissance humaine. C’est un processus de création et non de destruction. Contrairement au catabolisme, l’anabolisme est une fonction constructive, prenant de petits morceaux et les utilisant à créer des molécules. Ces molécules intègrent les tissus réparés et le squelette. Le carburant de l’état catabolique est les anabolisants. Le catabolisme transforme l’énergie et les molécules utilisées dans l’anabolisme. Ils sont à la fois contradictoires, mais complémentaires.

Lors de l’état catabolique, des hormones – comme le cortisol – sont libérées et décomposeront les tissus – ne les aidant donc pas à grandir. Le catabolisme est le phénomène de décomposi­tion de grandes molécules en plus petites et non un processus de croissance. Il augmente la décomposition des tissus.

Si votre séance sportive est adaptée à votre état d’être du moment, vous allez ralentir le catabolisme en augmentant l’anabolisme.

C’est plutôt logique, et votre corps sera en meil­leure mesure de maintenir sa santé pendant l’état anabolique, qui est un processus de croissance et de réparation.

Vous récupérerez plus rapidement de votre séance d’entraîne­ment en choisissant l’état anabolique, qui est la période où les muscles se développent.

Un programme en lien avec votre état d’être du moment est constructif. Car cela utilise les facultés physiologiques de votre corps.

En fait, vous respectez  votre corps, vous nagez dans le sens du courant…Et obtenez le meilleur résultat.

Et ainsi dans les moments où vous êtes fatigué, votre programme sportif  nécessite peu d’investissement en temps et en efforts.

-Revenons, à ce cortisol,  cette hormone libérée pendant l’exercice, et tout autre stress. Si vos niveaux de cortisol sont trop élevés une série de troubles désagréables se déclenche.

-       Si le cortisol remplit des fonctions importantes dans l'organisme, toute médaille a son revers ! Sécrétée en excès, cette hormone du stress peut ainsi entraîner divers désagréments, notamment une prise de poids… Trop de cortisol augmente la glycémie. Un taux de glycémie élevé réduit le système immunitaire, causant des maladies et des infections qui ne font qu’accroître les niveaux de glycémie dans le sang. Si l’on n’y prête pas attention, cela peut conduire à une acidocétose diabétique ou infliger des troubles à vos yeux, vos nerfs et votre cœur.

Ce taux de cortisol, peut également augmenter votre tension artérielle, et dans les pire des cas, aller à un AVC, ou une crise cardiaque.

C’est pourquoi, apprendre à méditer en tout temps, c’est à dire à réaliser comment son état de stress intérieur se manifeste dans votre corps, ou votre mental, ou votre émotionnel est important avant de faire votre séance sportive. Et vous adapter est important et respectueux pour votre santé.

L’une des conséquences d’un excès de cortisol en vous, est de vous donner envie de glucides.

Et enchainer, à termes une prise de poids, une résistance à l’insuline et des dépôts de graisse dans le foie. Et là, aussi en fonction de votre mental et votre émotionnel développé des maux et des maladies.

Faire une séance sportive habituelle va augmenter le taux de cortisol.

Par contre, une mini séance, en écoutant de la musique douce, en méditant dans le mouvement, comme dans le TAI CHI ou autre séance abaissant votre rythme cardiaque, va réduire votre taux de cortisol.

Je vous invite à employer diverses méthodes antistress : offrez-vous des massages relaxants, croquer un petit morceau de chocolat noir, boire du thé vert aurait aussi des effets similaires… Enfin, veillez à dormir suffisamment !  

Les exercices cardio et de musculation entraînent les états cataboliques et anaboliques. Aussi les adapter à votre état de stress est aussi important qu’adapter votre alimentation selon votre sédentarité ou votre état de stress.

Rien, n’est une recette en soi, apprendre à se connaitre, vous l’aurez compris est une importance capitale.

Notre culture glorifie l’exercice, mais des risques de toutes sortes se cachent dans n’im­porte quel type d’exercice s’il n’est pas adapté au moment présent où vous les pratiquer.

Si vous avez la cinquantaine, vous devez vous rendre compte que «la jument grise (ou l’étalon gris) n’est tout simplement plus ce qu’elle (il) était». Votre corps vieillit, et il a besoin de votre flexibilité et votre bienveillance sans excès inverse.

-       L’Inflammation Musculaire

Les séances d’entraînement intenses peuvent conduire à une inflammation musculaire ou tendineuse. Et il en est de même dans votre mental, vous refaites encore et encore les mêmes choses, les mêmes rituels, vous avez les mêmes pensées qui reviennent en boucle et les mêmes émotions pour les mêmes situations. Et au moment, où votre corps décide que vous avez les capacités pour agir différemment, et plus respectueusement de votre corps, et de qui vous êtes,  des symptômes douloureux, se manifestent.  Des lésions des tissus musculaire ou tendineux sont répétitifs ou même chroniques. Bien que certains affirment que les douleurs musculaires sont bonnes, vous pourrez constater qu’en réalité l’effet posi­tif, c’est que vous allez devoir prendre soin de vous.  Car si vous souffrez trop, vous devrez aller vous reposer jusqu’à ce que vous récupériez, non ?

Je vous souhaite de tout mon cœur, de vous offrir votre bienveillance, votre écoute, votre flexibilité pour dorénavant vous aimer pour de vrai, et ainsi vivre en santé. Votre coach sportif, bien-être, santé certifiée.

Et pour mieux vous connaitre, venez apprendre en séance individuelle, comment méditer dans le mouvements? Comment connaitre et reconnaitre vos divers états de stress? Comment construire votre séance sportive selon vos états physiques, émotionnels, mentaux?